Image de couverture
image entée Sorbonne
Séminaire

Statuaire publique, conflits de mémoires et médiatisation transnationale (XIXe-XXIe siècles)

Année universitaire 2021-2022

Séminaire de Master 2 (Histoire des sociétés occidentales contemporaines, Histoire & Audiovisuel, Patrimoine & Musées)

Enseignant : Bertrand Tillier, Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Lieu et horaire : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Panthéon, salle 54 (18h-20h)

Au moins depuis la Révolution française – car la pratique lui est bien antérieure si l’on en juge par les sources dont on dispose déjà pour la période antique – et jusqu’au mouvement américain "Black Lives Matter" né suite aux événements de Charlottesville (2017) et relancé avec la mort de George Floyd (2020), dont l’onde de choc fut mondiale, les sociétés contemporaines n’ont pas cessé, avec des fréquences variables et généralement sous la forme de crises, de confronter des monuments publics à des relectures critiques et des mobilisations militantes. Les statues royales en 1789 ou la colonne Vendôme en 1871, les monuments dédiés aux grandes figures dreyfusardes (Trarieux, Zola, Lazare…) au début du XXe siècle, les effigies statufiées de Marx, Lénine, Staline ou Dzerjinski après la chute du communisme dans les pays de l’Est, les Bouddhas de Bamiyan (2001) sous les explosifs des Talibans, les statues de Saddam Hussein (Irak, 2003) ou toutes celles de dictateurs abattues lors des Printemps arabes, sans oublier les monuments contestés de personnalités ayant soutenu ou promu l’esclavagisme, le colonialisme ou le racisme ("Rhodes must fall", Afrique du Sud, 2015), aux Etats-Unis comme en Europe (Belgique, France, Espagne, Grande-Bretagne…), dessinent une généalogie de la contestation doublée d’une géographie des passions citoyennes. Les actions perpétrées à l’encontre de monuments qui, souvent n’étaient plus regardés dans l’espace public, sont rudimentaires et archaïques – destruction partielle ou totale, graffiti, empaquetage, déplacement, détournement… –, mais elles se répètent dans des temporalités changeantes où, à chaque fois, cette grammaire de gestes est réinvestie d’une valeur symbolique, sociale et politique. Cet enseignement sera l’occasion d’interroger l’anthropologie de ces répertoires d’action, de contextualiser les logiques historiques et les discours que cristallisent les monuments, d’en explorer les silences (notamment d’un point de vue esthétique ou patrimonial) et d’analyser, à travers la forte médiatisation transnationale des déboulonnages, la fabrique d’événements désormais mondialisés.

Programme du 1er semestre

21 septembre 2021

Présentation du séminaire

28 septembre 2021

Introduction générale : enjeux et taxinomies

5 octobre 2021

Vandalisme & iconoclasme : les mots, la chose

Lectures :

  • Louis REAU, Histoire du vandalisme, Les monuments détruits de l’art français, [1958], Paris, Robert Laffont, coll. "Bouquins", 1994 ;
  • Olivier CHRISTIN, Une révolution symbolique, L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, Minuit, coll. "Le Sens commun", 1991 ;
  • Bruno LATOUR, "Iconoclash, Au-delà de la guerre des images", traduction française de "What is Iconoclash ? or Is there a world beyond the image wars ?", in Bruno Latour et Peter Weibel, dir., Iconoclash, Beyond the Image-Wars in Science, Religion and Art, Cambridge, MIT Press, 2002. En ligne : http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/84-ICONOCLASH-FR.pdf

12 octobre 2021

Statue publique et "statuomanie"

Lectures :

  • Maurice AGULHON, La “statuomanie” et l’histoire, Ethnologie française, 1978, t. 8, n° 2-3, p. 145-172. En ligne, sur Jstor via Domino.
  • Jacqueline LALOUETTE, Un peuple de statues, La célébration sculptée des grands hommes, Paris, Mare & Martin, 2018.

Vacances de Toussaint

2 novembre 2021

Statue publique, objet magique

Lecture : Reinhart KOSELLECK, "Les monuments aux morts, lieux de fondation de l’identité des survivants", [1979], repris in L’expérience de l’histoire, Paris, Seuil, coll. "Points Histoire", 2011, p. 177-210.

9 novembre 2021

Ecriture de l’histoire et mémoire partisane

16 novembre 2021

Jacqueline Lalouette, professeur émérite d’histoire contemporaine (Université de Lille), autour de son livre : Les statues de la discorde, Paris, Passés/Composés, 2021.

23 novembre 2021

Usages monumentaux et espace public

30 novembre 2021

Sarah Gensburger et Gérôme Truc, respectivement chargée et chargé de recherche au CNRS (Institut des sciences sociales du politique), autour du livre qu’ils ont dirigé : Les mémoriaux du 13 novembre, Paris, Editions de l’EHESS, 2020.

7 décembre 2021

Rituels d’appropriation et sculpture publique

14 décembre 2021

Atelier du séminaire

Une mystification par la statuaire : la statue d’Hégésippe Simon à Poil (1913)